Je m'appelle Sébastien MEULNOTTE et je vais tenter de me présenter à travers cette page .


J'ai tout d'abord été diplômé de Masso-kinésithérapie, à l'école Danhier (Paris 8ème). Je me suis ensuite formé deux années à l'Institut de Thérapie Manuelle de Paris pour approfondir mes connaissances. Ce diplôme de thérapie manuelle développé par l'ITMP s’articule autour de la triade « Libérer-Maintenir-Entretenir » et permet d’aborder les troubles fonctionnels articulaires, musculaires, neuro-méningés et viscéraux. J'ai par la suite complété cette formation par divers séminaires post-gradués notamment en Thérapie Manuelle du Sport.


Toujours plus désireux d'enrichir mes connaissances, j'ai entrepris des études d'ostéopathie, à l'Institut de Formation Supérieure en Ostéopathie (IFSO) de PARIS, école agréée par le Ministère de la Santé et respectant tous les critères de formation pour l'obtention du titre d'ostéopathe D.O.
L'ostéopathie a un abord global du corps humain dit holistique. Cette thérapie utilise des techniques articulaires, viscérales et crâniennes et est très efficace pour un bon nombre de pathologies sportives, ostéo-articulaires (tendinopathie, sciatique, entorse, lumbago, torticolis...), viscérales (RGO, dysepsie,...), urogynécologiques, ORL et crâniennes (bruxisme, migraine, céphalée de tensions, accouphènes, vertiges...).
Cependant, lorsque la pathologie du patient est chronique (fibromyalgie, colopathie fonctionnelle, migraines...) et/ou que le corps a atteint un certain niveau d'inflammation permanente (sciatiques...), les résultats obtenus en ostéopathie ne répondaient pas à mes attentes.


Je me suis alors intéressé aux techniques neuro-cutanées et tout particulièrement aux techniques neuro-cutanées ayant un impact sur la sphère somato-émotionnelle. J'ai tout d'abord lu un nombre important d'articles et d'ouvrages sur ces différentes techniques (Méthode Bowen, Méthodes Niromathé, Dermoneuromodulation de Diane Jacobs, Microkinésithérapie évolutive de Patrice Benini, Posturothérapie neurosensorielle de Philippe Villeneuve, Biokinergie de Michel Lidoreau, Thérapie cranio-faciale de Pierre Hammond...) et je me suis alors formé à certaines de ces techniques.


Les différents enseignements que j'ai reçus ont été une véritable révélation et m'ont alors permis d'acquérir une pratique répondant parfaitement à mes attentes. Aussi bien en thérapie manuelle, en ostéopathie, en microkinésithérapie, qu'avec n'importe quelles autres thérapies, mes soins sont aujourd'hui essentiellement orientés vers un abord neuro-cutané spécifique, et s'intéressent tout particulièrement au système nerveux (néocortex, cerveau limbique, cerveau reptilien, moelle épinière, nerfs cutanés...).

 

 

 

 

 

 

 

 

En effet, aussi bien dans le cadre des douleurs chroniques (lombalgie et sciatique chronique, névralgie cervico-brachiale chronique, fibromyalgie...) que des troubles inflammatoires et permanents, le contrôle du système nerveux central et périphérique a un impact thérapeutique d'une très grande efficacité.


Le cerveau gouverne tout ou presque tout. Pour rappel, la peau contient plus de 70% des terminaisons sensibles du système nerveux, c'est donc la périphérie du cerveau et une de ses premières sources d'informations. De plus, la peau a un lien embryologique privilégié avec le système nerveux, ayant tous les deux la même racine, l'ectoderme.


La peau est donc un vecteur pour communiquer avec le cerveau. Peu importe la technique utilisée lors d'une séance, il est possible d'informer le système nerveux central de différentes manières et de combiner les techniques pour répondre à l'attente du patient et à sa douleur. Pierre Hammond : "On ne peut traiter une structure du corps sans y associer son lien neuro-crânien." L'action sur le système nerveux central ne vise pas à corriger une lésion, mais à induire une réaction qui permettra une diminution du ressenti douloureux. L'objectif est d'influencer l’état du système nerveux sensibilisé et douloureux afin de l’amener à un état moins douloureux et réactif.

Je suis aujourd'hui passionné par les neurosciences et surtout par la façon extrêmement efficace dont on peut agir sur la douleur du patient en prenant en considération le système nerveux et somato-émotionnel du patient.


La Microkinésithérapie évolutive enseignée par Patrice Benini permet une approche somato-émotionnelle très complète, notamment à partir du traitement du système nerveux, des troubles neuro-endocriniens, des blocages psycho-émotionnels et des informations transgénérationnelles. Concrètement, face à un symptôme, le praticien en microkinésithérapie va chercher sous ses doigts, des traces corporelles qui expliqueront l’origine du dérèglement ou de la douleur.


Mon approche diagnostique et thérapeutique s’est construite essentiellement sur un toucher palpatoire spécifique (semblable à la microkinésithérapie et à la biokinergie) me permettant à partir d'un point douloureux de remonter de façon très rapide aux différentes causes et d'établir avec une grande précision la ou les chaînes lésionnelles en cause. Les résultats très positifs que j'obtiens chaque jour me font penser qu'il n'existe pas une "lésion primaire" mais bien souvent plusieurs "lésions primaires" responsables d'une douleur. Ces différentes lésions ont parfois la possibilité d'être contrôlées par un abord du système nerveux central. Dans une grande majorité des cas, les patients atteints d'inflammation ou de douleurs chroniques, la thérapie manuelle neuro-cutanée appliqué au SNC (cortex, système limbique et cerveau reptilien) se révèle d'une efficacité particulièrement intéressante.


Pour finir, je m'intéresse également à l'acupuncture scientifique et tout particulièrement aux travaux du Dr Nadia Volf sur le Diagnostic Auriculaire Causal et le traitement spécifique qui en découle. L'oreille apparait alors comme un merveilleux moyen de diagnostic.


“La douleur est un processus complexe qui dépend de facteurs contextuels, psychologiques et biologiques qui surviennent le plus souvent sans perception consciente. Elle ne peut se produire sans système nerveux central. Le système nerveux du patient doit être traité dans sa globalité, à partir des cellules du derme jusqu’au sentiment de soi”.